Une rencontre imprévue...

 

Eté 2014, au cours d'un stage à Londres, dans un restaurant très français, je me retrouve par hasard en sommellerie  dès la deuxième semaine. Je rencontre alors Olivier Marie, mon responsable. Il a ouvert la carte des vins et m'a dit très gentillement :

-"Voilà, 700 références ! Je te ferai un exemplaire pour la maison".

En 5 mois, l'équipe m'a accompagné pour que j'apprenne le maximum sur le vin à travers leurs expériences en aussi peu de temps. Car cinq mois, avec la barrière de la langue au début, c'est court dans un monde aussi vaste que celui du vin. Expérience déclic qui m'a donné envie d'aller plus loin.

Je suis rentré à Thonon-les-Bains, au Lycée Hôtelier afin de validé ma dernière année de BTS.

 

Je me suis posé la question suivante à mon retour d'Angleterre : Le Vin oui ! je veux en faire un métier. Mais peut-on connaître le vin, tous les vins ? Le vin c'est très complexe, il y a un nombre de terroirs, de cépages, de régions viticoles et de cultures à travers le monde qui est gigantesque.

Je dois choisir et me concentrer sur un seul de ces aspects. Je décide de consacrer ma passion des vins aux vignerons travaillant dans une démarche responsable et respectueuse de l'environnement. En somme, après avoir appris par coeur des cartes de France avec des cépages par régions pour un examen écrit au Lycée, par esprit de contradiction sans doute, je me suis demandé ce qu'il y avait lorsque l'on sortait de l'appellation d'origine contrôlée, d'un préjugé géographique ?

 

BTS validé, je décroche un poste au Marius Café, le premier bar à vin "Nature" de Genève, crée au tout début des années 2000. Et là, on recommence tout ! Une centaine de références, pas une étiquette connue, quasiment toutes les bouteilles étaient hors appellation, avec des noms tous plus farfelus les uns que les autres. Renald Kocher, le patron des lieux, m'a montré sa vision du vin, en totale opposition avec les pré-requis indispensables selon mon responsable en Angleterre. J'ai passé dix-huit mois dans cette institution sur Genève du vin "nature". J'ai rencontré des vignerons, dégusté des vins complètement différents de mon expérience précédente. Réapprendre à déguster, comprendre ce qu'est un vin vivant, pourquoi aussi peu de vignerons présentent des vins sous ces méthodes d'élaboration ? Très Intense ! 

 

C'est pour cela qu'aujourd'hui, je souhaite vous présenter une sélection de vins tiré entre deux mondes qui s'opposent. Les vins "classique" et les vins sans aucun intrant chimique ni sulfite.

Je vend des vins issus au minimum d'une agriculture biologique sur la Haute-Savoie et alentours.

J'ai le plaisir de vous rencontrer pour une dégustation à domicile ou pour tout évènement ponctuel que vous souhaitez organiser.